Garant d’une meilleure qualité de sommeil, l’oreiller doit être choisi avec minutie pour procurer le confort souhaité. Cet accessoire est un incontournable de la literie. Au même titre que le matelas, il conditionne le repos. Cet élément déclenche l’endormissement et attise le sommeil réparateur. Nécessitant une bonne sélection, l’oreiller doit éviter toutes les formes de douleurs.

Quel type d’oreiller choisir ?

Le choix du type d’oreiller dépend des critères de sélection de l’usager. Responsable de la qualité de sommeil, l’accessoire se décline en plusieurs gammes. La version ergonomique, aussi appelée oreiller cervical, a l’avantage de bien épouser le contour de la tête et celui de la nuque. En forme de vague, elle procure un réel confort au crâne, au cou et à la colonne vertébrale. Cet accessoire permet un bon alignement du tronc et des membres. L’oreiller est souvent garni de mousse à mémoire de forme ou de latex. Il est spécialement dédié aux personnes victimes de maux de dos et de tensions musculaires cervicales.

Rempli de mousse viscoélastique, l’oreiller à mémoire de forme suit le contour de la nuque et de la tête. Il résiste à la chaleur. Pratique, cette gamme rebondit à son format initial à chaque mouvement. Elle s’adapte facilement à la morphologie de l’utilisateur tout en répartissant au mieux les points de compression.

Garni de matériaux naturels à l’instar de latex, laine, plumettes et duvets, l’oreiller naturel pourvoit un confort enveloppant et moelleux. L’excellente aération qu’il pourvoit évite toute formation de chaleur et optimise l’hygiène.

Composé de microfibres ou de fibres polyester, l’oreiller synthétique a la particularité d’être respirant, anallergique, hygiénique et simple à entretenir. Il est destiné aux individus souffrant d’allergies.

Qu’en est-il du garnissage de l’oreiller ?

Le garnissage est la matière qui compose l’oreiller. Se déclinant en plusieurs types, il doit s’adapter aux besoins de l’usager. Un essai préalable est conseillé avant l’achat. Souvent constitué de duvets ou de plumes, le garnissage naturel est confortable. Il optimise le bien-être pendant le sommeil. La matière suit naturellement les mouvements du crâne durant l’endormissement. Souple, ce garnissage a un pouvoir absorbant. Il évacue efficacement l’humidité pendant la nuit. Le duvet est particulièrement réputé pour sa légèreté et son aspect gonflant. Moins ferme que le garnissage en plumes, il convient à ceux qui recherchent un oreiller moelleux.

Composé de latex ou de mousse à mémoire de forme, le garnissage synthétique est très malléable. Il est généralement utilisé dans la fabrication d’oreiller ergonomique. Cette gamme est facile à entretenir. Hypoallergénique, il convient aux personnes victimes d’allergies. L’oreiller en mousse viscoélastique s’ajuste facilement à la morphologie du dormeur. Il est recommandé aux individus souffrant de maux de cervicales ou de dos. Cette déclinaison est cependant inadaptée à ceux qui transpirent beaucoup. Offrant un bon soutien, l’oreiller en latex gagne en flexibilité. Grâce à sa structure alvéolaire, il garantit une bonne circulation de l’air. Ce garnissage est à la fois hygiénique, confortable et sain. Certains fabricants le combinent avec du latex d’origine naturelle.

Pour quel niveau de fermeté choisir ?

Le choix du confort pourvu par l’oreiller dépend des préférences et des besoins personnels. Selon ses habitudes, chaque dormeur est libre de sélectionner le type d’accessoire qui lui convient. La position de sommeil est toutefois un critère primordial pour trouver le bon oreiller. Si avez tendance à dormir sur le ventre, il est mieux de ne pas utiliser d’oreiller. Cette posture nécessite que votre tête s’aligne bien à votre colonne vertébrale. Si vous n’arrivez pourtant pas à vous passer de l’accessoire, privilégiez un oreiller moelleux en duvets extra-plats d’environ 5 cm d’épaisseur. Si vous avez l’habitude de dormir sur le dos, optez pour un modèle qui assure le bon maintien de la nuque et de la tête. Au risque de souffrir de maux de tête, évitez les accessoires trop durs. Votre crâne doit s’introduire partiellement dans l’oreiller. Si vous dormez sur le côté, choisissez un modèle à la fois souple et dense d’environ 9 cm d’épaisseur. Cette option favorise le bon alignement tête-cou-colonne vertébrale.

Quelle forme d’oreiller choisir pour bien dormir?

En ce qui concerne la forme, il convient de connaître les spécificités de l’oreiller. Ce détail varie notamment selon l’usage de l’accessoire. Pour un oreiller carré, les tailles standard retenues sont 60×60 cm et 65×65 cm. Très prisée des Français, cette forme n’est pas pour autant le plus ajustée au sommeil. Elle est spécialement dédiée à ceux qui bougent peu ou qui dorment sur le dos. Ce modèle est assez encombrant dans le lit. Les usagers le plient souvent en deux afin de bien maintenir leur tête. L’atout du modèle réside particulièrement dans son usage. Couvrant une bonne surface du dos, cette gamme est idéale en position assise, pour regarder la télé ou pour lire. Elle est surtout réservée à la détente qu’au sommeil.

L’oreiller rectangulaire a une dimension standard de 50×70 cm. Il est conseillé à ceux qui dorment sur le côté. Confortable, ce modèle permet un bon alignement de la colonne vertébrale. Il garantit une bonne nuit de sommeil. Sachez qu’un individu normal bouge entre 30 et 40 fois chaque nuit. Ces mouvements répétés nécessitent de bien garder la tête sur l’oreiller afin d’éviter les douleurs lombaires et cervicales.

Pour ce qui est de l’enveloppe de l’accessoire, privilégiez un modèle de bonne qualité. Ce détail garantit la durabilité de l’oreiller. Soyez attentif sur la composition du produit. Pour bénéficier d’une durée de vie prolongée, un oreiller nécessite d’être lavé régulièrement. La fréquence de lavage dépend du garnissage de l’accessoire et de sa composition. Un modèle en duvet ou en plumes doit être nettoyé deux fois par an, contre six fois par an (soit tous les deux mois) pour une gamme synthétique. Les personnes souffrant d’allergies doivent laver leur oreiller chaque mois.