Certains maîtres d’ouvrage découvrent, un peu tard, l’assurance dommage ouvrage, c’est-à-dire après l’apparition de sinistres ou de vices. D’autres ne le savent même pas. En plus d’être obligatoire, pourtant, cette couverture offre plusieurs avantages. Découvrez pourquoi souscrire une assurance dommage ouvrage.

Pour assurer la rentabilité d’investissement et pour profiter de l’indemnisation rapide

L’investissement dans l’immobilier a déjà besoin d’un budget important. Il peut, en effet, vous coûter plus cher lorsque vous ne prenez donc pas soin de l’entretenir grâce à la souscription de l’assurance dommage ouvrage travaux. En effet, son absence vous oblige à engager les procédures judiciaires coûteuses et complexes en cas de préjudice. Vous devez, dans certains cas, financer des mesures conservatoires qui sont onéreuses afin d’éviter l’aggravation de dégâts sur l’habitation. Le remboursement de crédit doit, quelle que soit votre situation, se poursuivre. Pour prévenir ladite situation ruineuse, il est nécessaire de souscrire une assurance DO. Celle-ci est valable pendant dix ans et couvre les diverses malfaçons qui sont susceptibles de compromettre une solidité de l’édifice. Aussi, elle vous protège contre les désordres ne permettant pas l’utilisation normale d’une maison. Elle vous protège, de même, des dommages qui affectent les équipements indissociables comme le plafond, l’escalier, etc. Le propriétaire de maison se doit, dès l’apparition d’un sinistre, d’informer la compagnie d’assurances. Si celle-ci n’a pas dénié une garantie, une expertise est réalisée afin de définir les travaux qui sont nécessaires et le coût de réparation. Ensuite, l’assureur propose à l’assuré une offre de couverture, et ce dans le délai maximum de quatre-vingt-dix jours après réception d’une déclaration de sinistre. Dans ce cas, le propriétaire de maison bénéficiera de l’indemnisation rapide s’il accepte une proposition de la compagnie. De plus, avant de profiter du remboursement, il n’a également pas besoin d’attendre qu’un responsable de malfaçon soit déterminé. Sachez que quelques propriétaires n’acceptent pas une proposition de compagnie d’assurances. Parfois, ils jugent que la somme d’argent qui est proposée par un professionnel ne correspond d’ailleurs pas à l’ampleur de dommage. Des procédures judiciaires contre un auteur de sinistre peuvent, dans ce cas, être enclenchées. Les frais liés aux procédures sont, grâce à une assurance dommage ouvrage, pris en charge par un assureur. Pour plus d’informations, cliquez sur dommage-ouvrage.com

Pour faciliter la revente de bien et l’obtention du prêt

Ne pas souscrire l’assurance DO peut généralement vous causer certains soucis en cas de la revente de bien situé. Obligatoirement, le notaire doit notifier l’absence d’une attestation dans le compromis de la vente. L’acquéreur peut alors demander l’annulation d’engagement ou la renégociation de prix d’une maison. Si le terrain d’entente a ainsi été trouvé et qu’une transaction a eu lieu, dans ce cas, le vendeur reste donc le seul responsable de malfaçons qui peuvent être détectées pendant toute la période de la validité de garantie décennale. Il est, en d’autres termes, tenu de s’occuper des dépenses qui sont liées à la réparation de dommages. La souscription de l’assurance dommages ouvrage peut, par ailleurs, vous garantir l’obtention du crédit auprès de l’organisme financier. Celui-ci peut aussi exiger une attestation qui prouve que vous avez vraiment souscrit à ladite couverture avant d’accepter la demande de prêt. De plus, il veut également s’assurer que vous profitez du remboursement en cas des malfaçons. Même en cas du sinistre, vous serez ainsi capable de rembourser le crédit. La souscription de l’assurance dommage ouvrage n’est simplement pas une obligation légale. Aussi, elle vous permet de protéger l’investissement, de percevoir l’indemnisation rapide en cas du sinistre, de simplifier la revente de bien et d’optimiser les chances d’avoir un prêt. D’ailleurs, vous devez choisir avec soin un assureur pour profiter de la couverture adaptée. Il ne faut pas hésiter à recourir à des services du courtier qui est expert en assurance DO et qui est en mesure de vous accompagner dans un choix de compagnie d’assurance.

Le fonctionnement de l’assurance dommages-ouvrage

L’assurance dommages-ouvrage permet, d’une manière générale, de couvrir les risques qui sont liés à la construction. Ce qui concerne surtout les vices cachés pouvant compromettre la solidité d’ouvrages ou affecter tous les éléments constitutifs. Ce type d’assurance protège ainsi en cas du sinistre de nature décennale. De plus, elle est établie sur le double mécanisme. Les différents professionnels et artisans intervenant sur le chantier sont premièrement tenus de souscrire à l’assurance responsabilité professionnelle ou la garantie décennale. Cela permet d’assurer plusieurs prestations individuelles telles que le revêtement. Les maîtres d’ouvrage doivent, de son côté, souscrire à l’assurance dommages-ouvrage couvrant les éléments qui sont concernés par une garantie décennale. L’assuré reçoit, en cas de sinistre, un paiement rapide de travaux de réparations. Ce genre de dépense n’est pas, en effet, compris dans des budgets du départ de construction. Le maître d’ouvrage n’a pas d’autres financements. Dans ce cas, le montant permet de commencer rapidement la réparation afin que cela n’aille pas affecter l’ensemble de travaux sur le chantier. Aussi, l’intérêt est, en cas de revente, d’éviter les moins-values. Les acheteurs sont, avec l’absence de la garantie de construction, en droit de proposer le prix plus bas par rapport à ce qui est convenu.

À quel moment souscrire à l’assurance dommages ouvrage ?

L’assurance dommages-ouvrage doit, en général, être souscrite par un assuré avant l’ouverture de chantier. Le mieux est de préparer, deux mois avant le début de travaux de construction, le dossier. On a ainsi le temps de réunir toutes les pièces justificatives, surtout les garanties décennales de différents corps de métier. Concernant le délai de la souscription, il varie selon l’assureur. On peut normalement souscrire à une assurance de son choix. C’est cependant une alternative qui est fortement déconseillée. Les offres sont, en effet, rares. La souscription peut, de ce fait, être onéreuse. Dans ce cas, il est préférable de solliciter le courtier assurance dommages ouvrage. Le courtier spécialisé dans des dommages-ouvrage sélectionnera plusieurs offres qui proviennent de différents assureurs. De plus, ces derniers sont aussi des mutuelles financièrement solides, et capables de couvrir un assuré sur le délai de dix ans. Les maîtres d’ouvrage ou les particuliers reçoivent de nombreux devis et optent pour celui qui convient le mieux. En effet, il est important de choisir le contrat proposant une limite.